Clara Laurent

Josiane Balasko, une vie spendide
Préface de Jean-Paul Gaultier
Tallandier, 2021
Depuis cinquante ans, Josiane Balasko rayonne sur le cinéma français. Drôle, énergique, briseuse de tabous, elle incarne la star populaire et sans complexes qui nous fait du bien. Pour la première fois, une biographie retrace son parcours riche et atypique. Josiane Balasko est une surdouée : comédienne aux répliques cultes – « Je ne vous jette pas la pierre, Pierre, mais j’étais à deux doigts de m’agacer ! », « La neige, elle est trop mooolle » –, elle est aussi auteure, scénariste et réalisatrice. L’humour – son arme de séduction massive – et sa capacité à bousculer les codes lui ont permis de s’imposer en dépit des normes de beauté de l’industrie du cinéma, avec des films à succès comme Les hommes préfèrent les grosses, Trop belle pour toi, Gazon maudit…

« Ce ‘Balasko’ est très réussi ! Intelligent, sensible, complet, et si joliment écrit, ce qui, évidemment, ne gâte rien. J’ai appris plein de choses, j’ai été ému parfois, j’ai mieux compris Josiane, qui, parfois, s’échappe comme une savonnette, fait un pas de côté, élude d’un éclat de rire phénoménal, et que nous aimons tous, avec ses défauts et son talent immense.
Bravo pour ce portrait captivant, auquel je suis fier et heureux d’avoir pu, modestement, contribuer. »Patrice Leconte, novembre 2021

Fruit de longues interviews avec l’actrice, ce livre retrace avec verve la « Zazie dans le bistro » de son enfance, ses amitiés fortes, ses rencontres déterminantes, ses amours et son impressionnante carrière. On découvre ses débuts sur les planches du café-théâtre avec la bande historique du Splendid – Lhermitte, Clavier, Chazel, Blanc et Jugnot –, sa relation complexe avec son copain Coluche, en passant par l’émancipation grâce à l’écriture, la mise en scène, des rôles farfelus ou plus exigeants au cinéma comme au théâtre, jusqu’à ses engagements pour les mal-logés et contre le racisme. Une centaine de longs-métrages plus tard, Josiane Balasko, résolument ancrée dans son époque, est toujours en haut de l’affiche et nous surprend encore !

L’Auteure : Clara Laurent
Clara Laurent est autrice, journaliste, conférencière et réalisatrice. Elle a été professeure de lettres modernes (notamment à Monaco de 2009 à 2021) et a enseigné en études cinématographiques à Paris-Nanterre et Paris-Diderot.
Elle a publié en avril 2017 Danielle Darrieux, une femme moderne (ed. Hors collection), la première biographie complète sur une star qui a traversé 80 ans de cinéma. Elle est aussi co-autrice d’un film documentaire pour Arte sur Danielle Darrieux, intitulé « Il est poli d’être gai » (réalisé par Pierre-Henri Gibert), diffusé pour la première fois en mars 2019 puis sur Ciné +, TV5 Monde…
Elle est l’auteure d’un texte (« Écriture, mouvement ») pour le livre collectif Garder au cœur le désir de l’été. Récits de réinvention de soi (préfacé par Julia Kristeva), édition InPress, 2020.

En octobre 2021 paraît aux éditions Tallandier Josiane Balasko. Une vie splendide (préface de Jean-Paul Gaultier), la première biographie sur l’actrice, scénariste et réalisatrice, nourrie de nombreuses heures d’interviews avec Josiane Balasko et son entourage.
Elle a collaboré régulièrement au mensuel La Gazette de Monaco de 2010 à 2019 sur des sujets culturels (cinéma, littérature, danse, opéra…) et écrit depuis 2019 pour la revue trimestrielle culturelle Schnock (édition La Tengo) des textes sur le cinéma et la littérature.

En 2022, elle a terminé un documentaire de 88 minutes « Herbert Traube, le destin français d’un indésirable » (Nina productions, en collaboration avec l’association monégasque Pour le Devoir de Mémoire, sous le haut patronage de SAS le prince Albert II de Monaco). Elle travaille actuellement à un roman graphique sur Herbert Traube.
En septembre 2023 paraitra Danielle Darrieux, une femme moderne dans une version revue et augmentée chez Nouveau Monde Éditions.

La première véritable biographie de l’une des plus grandes actrices du 20ème siècle.
Danielle Darieux : une femme moderne
Danielle Darrieux est décédée le 17 octobre à l’âge de 100 ans.
Ses initiales DD ont été célèbres bien avant BB. Danielle Darrieux a tourné son premier film en 1931, à l’âge de 14 ans. Elle charme par son naturel et incarne alors la jeune femme moderne du cinéma français, une  » drôle de gosse  » sexy et pétulante. En 1936 Mayerling de Litvak prouve qu’elle peut tout jouer, la comédie comme le drame. Ce film en fait une star internationale et lui ouvre les portes d’Hollywood. Elle est alors la plus populaire des actrices françaises. Toutes les jeunes femmes veulent lui ressembler.
Dans les années cinquante, la star triomphe aux côtés de Gérard Philipe, Jean Gabin, James Mason ou Jean Marais. Elle devient la muse de Max Ophuls et s’impose dans Marie-Octobre. En 1967, Jacques Demy la choisit dans Les Demoiselles de Rochefort pour incarner la mère de Catherine Deneuve, qu’elle retrouve en 2002 dans Huit femmes.
Au fil des décennies, l’actrice incarnera toujours une femme intelligente, en quête de liberté. Ses trois mariages, dont celui avec Porfirio Rubirosa, seront scrutés par les médias, tout comme ses agissements sous l’Occupation.
Ce livre est une traversée documentée de la carrière de la star. Révélant des faits méconnus et des films oubliés, il s’attache à mettre en lumière la modernité que Danielle Darrieux a su porter durant 80 ans de cinéma.