Didier AMOUROUX

Les Etrangers du Val de Londres
Comment tombe-t-on amoureux d’un lieu jusqu’alors inconnu ? C’est ce que découvre Achille en quittant la ville pour le Val de Londres. Un pays étrange et rude, le coin le plus froid de l’Hérault en hiver, un des plus chauds en été. Un pays de contrastes, de pierres, de garrigues, de moutons et de gens vrais, de gens qui parlent fort pour cacher leur grand cœur.
Achille découvre l’empreinte des générations sur le territoire. La succession de nombreuses petites histoire dans la grande l’épate. Les rivalités de clochers entre Viols-Le-Fort et Saint-Martin-de-Londres, l’arrivée très tardive de l’électricité puis de l’eau, l’abîme qui séparait les seigneurs des manants, le fossé actuel entre les autochtones et les « étrangers »…

Ce riche passé embarque Achille dans une histoire qu’il n’aurait imaginée ni si intime ni si voyageuse. La Sienne.

L’Auteur : Didier Amouroux
Diplômé de Sciences Po Paris et d’un DESS en gestion d’entreprise, Didier Amouroux a mené une carrière de Directeur des ressources humaines, secrétaire général, directeur du mécénat tout en dirigeant bénévolement des associations d’intérêt général (parmi elles : celle de Mas des Moulins créée pour prolonger les actions du Père Soulas et Ponteranga). Il a publié son premier livre historique en 2004, suivi de nouvelles et de romans.

Recherches en Val de Londres
Sur fons des années « Giscarat » et « Bokasa », le roman plonge dans le terroir du Val de Londres. La vie extravagante d’un artiste très connu dans les années 70, très méconnu aujourd’hui, choqua les habitants du vallon de Londres en même temps qu’elle attisa la curiosité du reste du monde. Qui était-il ? Que laisse-t-il derrière lui ?

Amouroux val de londres

Gérard mène l’enquête. Ses recherches vous emmèneront à la découverte de cette région pittoresque confrontée à l’exode rural, enter vie locale, mœurs et paysages, et à celle des secrets de l’artiste…et de Gérard.

Je suis de nulle part disait-elle
Garance se croyait parisienne. Elle avait enfoui en elle toute trace de son passé. A peine se souvenait-elle qu’il était ensoleillé et violent, lumineux et sombre à la fois, quelque part dans le midi. Une peine de cœur la contraint à fuir. Elle se croit poursuivie. Elle prend le premier train en partance. Ce sera Bordeaux. Où aller ensuite ?

Son parcours n’est pas balisé. Il lui laisse le temps de réfléchir sur elle-même avant de glaner des indices sur ses racines coupées. Des pistes successives la mettent en contact avec des êtres singuliers, lui font partager des ambiances, redécouvrir la France sous ses mille facettes. Elle les explore toutes dans l’espoir, mêle de crainte, de recoudre les fils anciens. de comprendre surtout.