Caroline AUDIBERT

Nés de la nuit
À travers les yeux d’un jeune loup qui a tout à apprendr de la forêt et de sa meute s’écrit une histoire intime liant animaux, éléments, plantes et humains. L’histoire du premier loup revenu en France. Ce roman d’initiation poignant et poétique résonne comme une ode à la vie sauvage et nous invite à renouer en profondeur avec la nature.
Caroline Audibert expérimente une écriture sauvage, explorant une nouvelle approche du nature writing. Dans une langue vivifiante et sensorielle, elle invite à quitter le point de vue humain pour une immersion au coeur de la nature et de ses grands cycles. Un chant du monde inédit.

Extrait :
« La naissance est aussi déchirante que la mort. Naître, se lasser des plénitudes, de la nuit, répondre à un appel impérieux. Nous venons du dedans de la terre, de la nuit. Nous sommes un amas de fourrures, avec quantité de bouches, de pattes, de ventres. Nous sommes sommeils, rêves, mamelles, muqueuses, pelages, yeux clos. Mêlés aux racines. Sous terre, entre les lèvres de fourrure, nous avons chaud, buvons la sève grasse qui ruisselle, oublions notre naissance, habitons la nuit. Le ventre de Mère se dérobe. La terre est pleine de tiges batailleuses. Je frissonne, cherche l’odeur sucrée des mamelles. La terre entre dans mes narines, la terre, ses humeurs, son immense nuit. Sous mes paupières collées, les ombres feulent. Ensorcelantes. Mère me soulève dans sa gueule, me pose sur son ventre. Chaleurs, plis familiers, je retrouve le duvet, le lait, pétris le ventre fécond. »

Marquée par sa vie en montagne, Caroline Audibert cultive une approche sensible et philosophe de la nature. L’écologie comme manière respectueuse d’habiter le monde est au cœur de ses préoccupations. Son dernier livre, Des loups et des hommes, paru en octobre 2018 dans la collection « Terre Humaine », a été couronné par le prix littéraire de l’essai « 30 millions d’amis ».

Des Loups et des Hommes
Une histoire commune et fascinante rapproche les hommes du loup. Dans le contexte d’une érosion majeure de la biodiversité, l’enquête littéraire de Caroline Audibert initie à une plus vaste idée de l’écologie. Elle explore en profondeur la question du vivre-ensemble entre les hommes et le sauvage dont le loup se révèle le symbole.

Lorsque son père découvre un loup dans la forêt du Mercantour, l’animal appartient encore aux légendes. Rencontre marquante pour cette enfant qui grandit en pleine montagne au cœur du parc national et côtoie les bergers des Alpes. Tout poussait la journaliste Caroline Audibert à remonter la piste du loup parmi les derniers territoires sauvages de l’Hexagone. Minutieusement, elle démêle trente ans d’une histoire commune qui rapproche les hommes de cet animal se jouant des frontières. Le loup n’est plus le héros d’un conte pour enfants. Il fait la une des journaux, désespère les bergers, intéresse la génétique, enthousiasme les écologistes, préoccupe les ministères, motive même un procès. Son retour inopiné fascine ou irrite, révélant d’indépassables contradictions au sein d’une grande fresque humaine où chacun défend avec passion sa propre vision de la nature. Le loup revient nous dire que nous n’avons pas tout pris et tout dicté à la terre. Le loup revient nous dire qu’il est, d’une certaine façon, une part de nous-mêmes, que son destin n’est pas séparé du nôtre puisqu’il a à voir avec la liberté. Serions-nous à l’aube d’un nouveau cycle ?

Caroline Audibert est journaliste et auteur d’ouvrages sur les Alpes, elle a également réalisé un documentaire sur les montagnes du Mercantour qu’elle parcourt depuis l’enfance. Marquée par sa vie en refuge d’altitude, elle porte un regard sensible et philosophe sur la nature, et aime explorer les relations qu’entretiennent les hommes avec leur environnement. L’écologie – au sens d’une manière respectueuse d’habiter le monde – est au coeur de ses préoccupations.