Claudine Bonnet : L’écriture s’est imposée tardivement. Les idées foisonnaient, anarchiques, mais c’est un désordre de mots et de phrases que le crayon, maladroitement dirigé, couchait sur le papier.
Puis la poésie réussit à agencer et à donner du sens à mes pensées. Une trentaine de poèmes relatent les moments forts de ma vie.

Je fréquente un atelier d’écriture pendant un an, stoppé dans mon élan par l’épidémie du Covid. Un roman est en cours de finition, j’en suis à la phase de relecture, je le proposerai aux éditeurs en 2023.
Un sixième roman, commencé en début d’année et mis de côté, sera repris et peut-être finalisé fin 2023.

Puis alexandrins, tercets et rimes cèdent la place aux romans :
Un roman sentimental
Une fiction réalité sur la fratrie
Une fiction sur les femmes Africaines
Un roman de mœurs sur la vie interne d’un hôpital

Luttes intimes et internes à l'hôpital de Maclaville

Elles ont fait le choix de devenir infirmières, d’autres ont fait celui d’être médecins, kinésithérapeutes, psychologues ou autres. Si les motivations des uns et des autres sont différentes, toutes ces personnes ont un point commun, la volonté, le goût, le risque aussi de mettre leurs compétences au service des autres.

Par cette noble mission, trois jeunes infirmières vous ouvrent les portes de l’hôpital, vous entraînent dans un dédale de couloirs, de salles, de chambres où se frôlent, s’affrontent, se stimulent tous les comportements humains entre personnes confrontées à la maladie, à la souffrance et à la mort.