Anne-Marie MELLET

BD « Les maths ça m’épate » n°1:                                                                           Des tables de multiplications  illustrées en petites histoires faciles à réaliser.                                                                                                                              Chaque chiffre est représenté par un personnage bien typé.            Ceci est complété par toutes les notions qui concernent les nombres en primaire et au collège

couv BD1 rouge

BD « Les maths ça m’épate » n°2:                                                                            Un réservoir d’idées simples et originales pour retenir les bases clés indispensables du collège.

couv BD2 bleue

BD « Les maths ça m’épate » n°3:                                                                            Cette BD complète la BD n°2.                                                                                  La géométrie, les statistiques, les probabilités deviennent visibles, donc faciles à assimiler.

couv BD3 jaune
couv BD3 jaune

L’Auteure : Anna-Marie Mellet

Création de ces BD.                                                                                                             La 1ère BD qui a été éditée est la n°2 (bleue).  Anne-Marie Mellet a mis plus de 7 années pour la composer. Au collège, elle repère que des enfants ont  une difficulté récurrente ?  Elle crée, tout de suite, une image, un slogan. L’enfant sourit, comprend, retient.  Cette image sera alors testée auprès de nombreux autres enfants.  Efficace ? Alors l’idée est stockée. Il y en a assez pour faire une BD ? Cette BD est éditée. Puis il lui a été demandé de créer une autre BD sur les tables de multiplications et tout ce qui concerne les nombres au primaire (rouge). Enfin la 3ème BD (jaune)est venue compléter parfaitement celle sur le collège.

D’où  lui est venue cette idée ?                                                                                         Son côté clown créatif depuis toute petite ! Le soir du 1er jour de l’école primaire, elle était effondrée à l’idée de toujours rester sans bouger de sa chaise, écouter et surtout ne pas avoir le droit de faire

photo A-Mellet

rire ses voisins . Son père a compté avec ses doigts toutes les années de primaire, collège, lycée et études supérieures. Que de doigts baissés ! Alors: « Tu choisis: si tu veux , tu peux vivre ces années en étant toujours triste, ou tu souris. »  » Alors , à partir de demain je souris ». Mais il faut reconnaître qu’elle a beaucoup fait rire la classe avec ses astuces pour retenir le cours, surtout qu’elle les énonçait, bien sûr, tout haut…Pas toujours du goût du professeur !                                                      Et quand sa soeur Marie-Claude l’a soutenue dans son idée de reprendre sa licence de maths (…18 ans  après avoir arrêté ses études!), elle a bien étudié comment son cerveau réagissait.              Elle a alors développé des techniques de mémorisation qui ont été mises , plus tard, en pratique dans les BD.

Quel en est le processus ?                                                                                             Prenons le cas de la BD1 sur les tables de multiplications:  Le titre est facile à retenir grâce à des rimes. Chaque chiffre est caricaturé: le 2 devient un clown sympa, le 7 un grincheux …( Anne-Marie Mellet se les représente comme ça depuis sa tendre enfance !). Puis par page, vous avez une histoire très simple ( inutile de savoir lire) qui aboutit au résultat de la multiplication. Le but de ces 3 BD « les maths ça m’épate » est de fournir des images et des astuces, même parfois ridicules, pour contourner les résistances et les refus d’enregistrer tout en provoquant un intérêt tout neuf..en plus avec le sourire! Que l’on trouve ces images ridicules, ce n’est pas gênant puisque les publicités, que l’on retient, seront celles qui nous auront fait rire…ou nous auront agacées !

À qui s’adressent ces BD ?                                                                                               → Aux enfants, bien sûr.                                                                                               → Aussi à ceux qui ne peuvent pas suivre l’école ( hospitalisé, handicap ?).                                                                                                                           → Aux parents, pour vite se remettre à niveau, et avoir des moments de complicité avec leur enfant.                                                                 → Aux enseignants : elles pourraient être un réservoir d’idées pédagogiques.                                                                                                                    → Même pour des  enfants de classes dites difficiles comme les Secpa .                                                                                                                                     → A tous ceux qui ont besoin de revoir rapidement les programmes de maths jusqu’en classe de 3ème … comme les futurs professeurs des écoles…..

Autre intérêt de ces BD ?                                                                                                      Anne-Marie Mellet a enseigné les maths à des cadres supérieurs au CNAM Paris, en master d’organisation.  En 3 jours consécutifs, elle devait leur permettre de se réapproprier des notions indispensables pour leurs études . Et à la fin, certains lui disaient:  » Vous m’avez réconciliez avec moi même ».. C’est dire combien les mauvaises notes en mathématique nous poursuivent jusqu’à l’âge adulte !  Ces BD montrent que les maths peuvent être accessibles pour tous. Cette matière ne doit pas être discriminatoire, équivalente à l’intelligence de la personne ! De plus cela prouve aussi que l’on peut simplifier, donc rendre même accessible,  ce qui paraît compliqué,… sans dévaloriser le sujet.

Une phrase marquante :                                                                                                      Un jour, Anne-Marie Mellet rencontre Jean Pavlevsky, le PDG de la maison d’éditions Economica . Elle lui présente quelques unes de ses astuces.  Il est enthousiaste et lui répond: « Quand vous serez prête, je vous édite.  Ce sera  le bescherelle des maths ». Cette phrase l’a longtemps impressionnée ! Il a édité les 2 premières BD.

Philippe, son mari  l’a aidé pour finaliser sa 3ème BD sur ordinateur.    Passionné , lui aussi, de pédagogie, il a écrit un livre : »Un peu de bon sens à l’école »

son site : www.camepate.com

 

Les Rencontres Littéraires Fabian Boisson