Gérard Kurkdjian

9782226326294-j

Le Grand Livre des musiques sacrées du monde

Les traditions spirituelles ont développé un riche répertoire de musiques et chants sacrés qui embrasse les continents et les siècles : on ne pouvait rêver meilleur guide pour les découvrir que Gérard Kurkdjian, l’un des fondateurs du Festival de Fès des musiques sacrées du monde, dont il a assuré la direction artistique pendant quinze ans.

Du chant grégorien ou orthodoxe au gospel et aux requiem, de la musique arabo-andalouse ou de la psalmodie du Coran aux poèmes mystiques de la kabbale, des soufis du Pakistan aux derviches tourneurs et jusqu’aux chants bouddhiques du Tibet, de Chine et du Japon sans oublier l’Inde du Nord et du Sud et les traditions animistes, ce voyage aborde aussi les rivages de la musique contemporaine, du jazz et des musiques du monde.

A l’heure où des replis identitaires et des fanatismes assombrissent les horizons, ces musiques sacrées sont de beaux médiums de rencontres et d’échanges entre les traditions et les cultures.

Les musiques sacrées du monde                                                                          Gérard Kirkdjian

Dans un ouvrage impressionnant, cet homme aux multiples facettes nous invite à un voyage qui explore les diverses traditions musicales
des religions du monde et nous fait ainsi découvrir les liens entre la musique et le sacré

Gérard Kirkdjian
Gérard Kirkdjian

un fascinant voyage au coeur de la musique et de la spiritualité. »
C’est ainsi que Jordi Savall, le plus grand musicien baroque de
notre temps, qualifie l’ouvrage que vient de publier Gérard Kurkdjian.
Il s’agit du premier livre de cette nature qui rassemble tout
le répertoire de musiques et chants sacrés dans le monde. Il est
le fruit d’un long cheminement personnel et professionnel de l’auteur qui a été durant quinze ans le directeur artistique du Festival de Fès des Musiques sacrées du monde. Gérard Kurkdjian nous invite à un véritable voyage initiatique: du chant grégorien au gospel et au requiem, de la musique arabo-andalouse ou de la psalmodie du Coran aux poèmes mystiques de la Kabbale, des chants sacrés d’Arménie aux chants bouddhiques… L’auteur nous révèle même la relation du jazz au sacré.

Il faut dire que tout a commencé  avec le jazz pour lequel Gérard Kurkdjian se passionne à 17 ans et qui le conduit vers les percussions. Cette pratique l’amène à s’intéresser aux musiques africaines, brésiliennes, orientales dans lesquelles il y a une forte présence de ces instruments. Il se rend en Inde pour étudier les percussions indiennes pendant plusieurs années. « C’est en me penchant sur le contexte culturel et spirituel de ce pays que j’ai découvert que ces musiques étaient liées à des traditions sacrées à la différence de l’Occident, où la relation entre musique classique et sacrée s’est largement délitée au fil des siècles, explique Gérard Kurkdjian.

Les musiques traditionnelles m’ont tout naturellement porté vers les
musiques sacrées. » Il fonde à Nice le Festival Africasia qui aura neuf
éditions et dont il assure la direction artistique jusqu’en 1993.
« Lorsque j’ai été contacté par l’équipe qui préparait le Festival de
Fès, j’avais déjà un spectre musical assez large ». Cette manifestation, qui est devenue la référence des musiques sacrées dans le monde, a réuni des traditions musicales parfois très éloignées: « Des créations ont rassemblé des chanteurs pakistanais et des chanteurs de flamenco, des artistes chrétiens, juifs et musulmans se sont produits ensemble, le chant de l’Inde a rencontré le chant grégorien », se souvient Gérard Kurkdjian. Il produit et anime par la suite une série d’émissions intitulée Les Voix Sacrées du Monde pour la radio RCF Nice Côte d’Azur. « Cette série d’émissions a nécessité un important travail de recherches que j’ai souhaité ensuite mettre à profit pour écrire un grand livre. Je l’ai donc proposé à Albin Michel qui a accepté mon projet ». Avec cette publication, l’auteur espère avoir maintenant plus de légitimité pour proposer des émissions à de grandes chaînes culturelles. «On me présente comme un musicologue mais je n’ai pas accompli de cursus universitaire pour cela. Ce que j’ai appris est le fruit de mon expérience et de mes recherches personnelles », déclare avec modestie celui qui côtoie toutes les traditions du monde et ses plus grands représentants.