Jean-Pierre FOUCHY

CES REINES QUI FURENT DES ROIS

Au cours des siècles, très peu de femmes ont exercé le pouvoir dans de grands pays. Le plus souvent, celles qui accomplirent cette lourde charge, ne le firent qu’en tant que régentes. Mais les femmes qui ont hérité du pouvoir et qui l’ont exercé, sont exceptionnelles.

Jean-Pierre Fouchy, déjà auteur de livres historiques, en écrivant trois pièces de théâtre *, s’est donné pour  ‘’mission’’ de présenter le destin de reines qui ont commandé aux hommes. Les héroïnes de

Fouchy

cette trilogie sont, dans l’ordre chronologique, Jeanne d’Anjou qui a régné sur Naples et la Provence (XIVe), Christine de Suède (XVIIe) et Catherine II, tsarine de Russie (XVIIIe).

Pour permettre à celles et ceux qui n’auront pas l’opportunité d’assister aux représentations de ces pièces, l’auteur a décidé de compiler ces trois récits de femmes d’exception dans un livre. Chacun pourra ainsi découvrir les joies et les peines, ainsi que les succès et les échecs, de celles qui furent au centre de la comédie du pouvoir.

La première pièce, « Jeanne d’Anjou, roi de Naples, comtesse de Provence », fera vivre aux lecteurs les heures claires et sombres d’une femme qui a tout connu, la profusion et le manque, l’amour et la haine, l’espoir et le découragement. Malheureusement, elle mourut comme elle vécut.

Avec « Christine, roi de Suède », on découvrira le mal être d’une personne moitié Vénus, moitié Mars, véritable « Pallas du Nord », plongée dès l’enfance dans la politique et qui n’eut de cesse de s’en extraire.

Dans « Bons baisers de Catherine de Russie ou Controverse sur l’état de la Russie au temps des Lumières », la Grande Catherine sera, quant à elle, probablement diversement appréciée pour son comportement à l’occasion d’une dispute par livres interposés qui « tonitrua » dans toute l’Europe des consciences : un Français avait osé dénoncer l’archaïsme d’un peuple composé d’alcooliques syphilitiques, qui opprimait les populations conquises et dont les femmes étaient des esclaves.

Bien que certaines situations et personnages de ces époques lointaines puissent évoquer des comportements actuels, l’auteur tient à rassurer le lecteur : toutes les vilenies décrites n’ont plus cours au XXIème siècle !

Et l’amour triomphe toujours de tout !

*Ces trois pièces furent créées à Nice, de 2016 à 2018 en l’auditorium Albert Camus de la Bibliothèque Louis Nucéra.