Corinne Martini

Présentation de mes deux livres.

(C’est une auto biographie et ça traite de l’adoption de ma fille en Haïti)

Angeline Corinne Martini
Angeline Corinne Martini

Livre 1 : Angeline ma princesse Haïtienne, petite fille miraculée.
Description :

Mon rêve de devenir maman m’a poussée à adopter. En effet, je savais dorénavant que je ne porterai jamais mon enfant dans mon ventre, en revanche je le porterai dans mon cœur.

Ce long combat, je l’ai mené seule en tant que célibataire. Il faut savoir que pour adopter, un agrément est nécessaire et obligatoire. Une fois ce sésame obtenu, j’ai su que mon enfant arriverait d’Haïti.

Une petite fille de trois ans et demi, au joli prénom d’Angeline, m’attendait.

Ce furent des photos échangées, des appels téléphoniques… jusqu’au jour où l’impensable se produisit…le 12 janvier 2010, ce terrible séisme.

Angeline est une petite fille miraculée. Elle est restée sous les décombres pendant quatre longues journées et quatre longues nuits et à dû, à sa « sortie », être amputée d’une partie d’elle-même.

Hyeres - le 22.07.16 : POrtrait de Corinne et de sa fille Angeline
Hyeres – le 22.07.16 :
Portrait de Corinne et de sa fille Angeline.

Livre 2 : Le lien fragile d’une belle rencontre
(C’est la suite de mon premier livre)
Description :

Elle a quatre ans et demi, et s’appelle Angeline. Elle est ma fille adoptive. Après une longue année de procédures, je suis allée la chercher en Haïti, son pays de naissance, et sommes rentrées ensemble le 24 décembre 2010, un de mes plus beaux noëls. J’étais maman pour la première fois. J’ai rêvé et idéalisé ma fille pendant de nombreux mois. Aujourd’hui, la réalité est tout autre.

Il nous faut beaucoup de temps pour nous connaître, nous apprivoiser. Dès son arrivée, rapidement, nous rentrons  à la clinique ce qui ne favorise pas notre rapprochement.

Là tout commence. Chaque jour un nouveau combat s’offre à nous, car les difficultés sont bien présentes.

le lien fragile d'une belle rencontre, Corinne Martini

Il faut gérer les colères, la partie médicale, le quotidien. J’apprends à être maman, ce qui n’est pas simple, et c’est le désastre.

Je n’arrive plus à faire face et me rends  compte que l’éducation que je commence à donner à ma fille n’est pas celle dont je rêvais. C’est un combat que nous vivons au quotidien et dans tous les sens du terme. Il est temps de réagir si nous voulons nous en sortir. Je fais donc appel à une équipe de professionnels. Rapidement une mesure éducative est mise en place et sommes épaulées par un psychologue, une éducatrice…Le chemin va  être long, très long…mais je garde espoir.professionnels. Rapidement une mesure éducative est mise en place et sommes épaulées par un psychologue, une éducatrice…Le chemin va  être long, très long…mais je garde espoir.