Participation au premier atelier d’écriture organisé par « Les Rencontres Littéraires Fabian Boisson » sous la direction de Nycole Roux Pouchoulin

Pensée philosophique : chaque mot écrit est une jouissance.

Écrire est se perdre en soi pour retrouver son autre moi ..
Le reflet clair, parfois opaque d’une personnalité aux multiples facettes…

Chaque mot ressemble à une cavalcade et en même temps à un arrêt sur  image.
Le commencement ou la fin d’un choix ou mieux son infime ressemblance, miroir aux alouettes, reflets de l apparence reconsidérée, réinventée dans un frisson glacé – brûlant comme le vent qui se dédouble depuis les quatre points cardinaux…

Le double soi qui se perd dans le néant et que l’on découvre au détour d une circonstance, d un amour interdit, d’une amitié    égarée ..

Enfin, on apprend l’étendue de la complexité humaine, sa propre dimension effleurée par des maux redoutables, exprimée par des mots frileux ou désorientés, bonheur et effroi superposés, en haleine sur le fil du funambule…

Puis, renaître dans les larmes du baptême de l’amour, nager à contre courant et flotter longtemps entre les syllabes à fleur de peau du renouveau qui pointe au loin d un ciel changeant, seule lueur de ce voyage au bout de la nuit ..

S immerger dans le plaisir, éclabousser la morale dans une gerbe de perles couleur soleil flamboyant ou crépuscule sombre et écrire la suite d une plume légère ou acérée mais éperdue du désir de séduire, de rêver, d’imaginer, de reconstruire sans reproduire …

Yvette Gazza Cellario

 

« Je dois absolument écrire pour apprendre à estimer l’ampleur du chaos qui m’habite ».

(GC Lichtenberg)

Je me lance, l’abîme s’ouvre, saut dans le vide qui me terrorise et me happe.

Petites lampes de poche, les mots jaillissent, éclairant les ombres de mon inconscient, dévoilant des failles et mémoires oubliées, des rêves anciens jamais murmurés.

Le long des parois de la grotte une eau claire ruisselle et je progresse lentement.

Fraîcheur de ce chaos.

J’en découvre avec mes phrases les contours, spéléologue de mon monde intérieur.

Le chaos se révèle bien plus vaste que je n’eus cru, mais plus je l’explore moins il m’effraie.

Les mots m’accompagnent et je peux m’y accrocher si je vacille, petites prises dociles et amies.

Ils parlent pour moi, courent sur le carnet et m’apaisent.

Seule mais libre, je me pose sur un rocher et je fais silence…

Laurence Vivarès

 

Série de mots en L

Lève-toi, sale Légume.                                                                                                Sors de ton lit.                                                                                                                      Pointe ton nez à la lumière.                                                                                        Tu t’es encore endormi tout habillé,                                                                      Toutes lampes allumées                                                                                         Dans un état patibulaire                                                                                               Et lunaire                                                                                                                               Ta lourdeur m’insupporte                                                                                             Arrête de passer ton temps libre à lézarder.                                                         Il n’y a plus que ton chien                                                                                               A qui tu sois lié                                                                                                                    Ta lucidité où l’as-tu égarée ?                                                                                         Ta tête enfumée est un vrai labyrinthe                                                                Ton langage a perdu toute sa superbe                                                                 ET   POURTANT…                                                                                                                     En d’autres temps d’autres lieux                                                                              Je t’ai connu plus fort qu’un lion                                                                                Libre et fier comme une lance                                                                                  Maniant la force des mots                                                                                                Avec puissance et légèreté                                                                                 J’aimais tant te lire                                                                                                          Reviens à la lumière                                                                                                       Toi le grand poète                                                                                                                Au talent légendaire                                                                                                         Toi mon vieux Léo

Laurence Vivares

 

Série de mots en L

La nuit est tombée. Je me suis allongé sur l’herbe grasse. Dans le noir le plus total, j’ai plongé mes mains dans la terre humide. Je me suis senti libre. J’en ai lancée quelques poignées vers l’infini. Des centaines de lucioles ont virevolté de lumière comme autant de petites lampes en suspension. Je les ai observées s’éteindre avec légèreté. Ephémère présence. C’était un soir d’été. C’était un soir mille fois étoilé. Les constellations enchevêtrées en labyrinthe, dans une discussion impossible. Orion parle au Centaure, le Lion au Sagittaire. Je ne comprends pas leur langage, ne cherche pas à m’immiscer. Lire à travers l’univers est une utopie nécessaire. Et vint l’instant d’après, l’instant d’apnée, celui de l’éclipse lunaire. A jamais légendaire. Perte de lucidité, perte de repères. J’ai essayé de me lever, prêt à m’enfuir. En quête d’apesanteur, je n’ai trouvé que gravité. La lourdeur du corps m’obligeait à rester. Les yeux fermés, je m’imaginais ailleurs. Autre planète, autre lieu, autre système solaire. J’essayais en vain de me lier à ces nouvelles émotions. Il y avait du mystère, de la mystique, de l’étrange. A force de m’enfoncer ainsi dans le sol, espérais-je voir éclore dans mon cœur, le début d’une réponse, les fanes d’un légume inconnu. Un sentiment différent.

Philippe Monaco

 

Série de mots en L

La lumière vacille. C’est le vent. J’ai essayé de lire, je finis par me lever pour rentrer dans la maison. Il est des lieux qui vous prennent votre âme. Ta légèreté m’a séduit, je suis resté lucide un peu, à peine, avant de me laisser embarquer dans tes rêves et la douceur de tes bras. Puis ton absence. Et la lourdeur. Je prends la lampe à huile pour aller jusqu’au bout du couloir, tu sais, le long et noir, celui qui nous faisait si peur. Je frémis, ai envie de lancer un cri, laisser jaillir la grosse boule coincée là, au fond de mon ventre. Je n’ai jamais su crier. Je me perds dans le labyrinthe. Au mur, ces peintures sombres liées entre elles, alternance de visages légendaires, de natures mortes aux légumes pourrissant, de lions menaçants. Les portes se succèdent les unes aux autres. Numéro 8, numéro 12, issues potentielles pleines de promesses et de ressentiments. Je perds le langage en essayant de trouver ma voie, m’extraire de la chape, de ce passé mortifère qui m’empêtre, le sais-tu combien il m’empêtre…

Puis l’air du soir, si soudain, me fait frissonner en une nouvelle naissance. Enfin, retrouver le monde des vivants. L’ambiance est lunaire mais mon corps a froid, si heureux de ce ressenti retrouvé. Je m’en suis libéré, de ces chimères de fortune. Je suis un homme libre.

Marie Monaco

 

Yves Simon : Le film de ma vie

Vous ouvrez au hasard.                                                                                                     Vous prenez la lumière dans son midi.                                                                      Un monde vous inonde, vous aveugle.                                                                     Mais vous n’avez pas peur, vous marchez.                                                               La chaleur des rayons pique votre peau.                                                                 Elle vous brûle un peu puis s’estompe                                                                       Peu à peu                                                                                                                         Vous avancez.                                                                                                               Vous n’avez plus le choix.                                                                                                 Vous savez que vous ne reviendrez pas                                                                   Vous vous sentez de plus en plus léger                                                                 Votre corps s’effiloche,                                                                                                     Ce n’est plus lui qui vous porte                                                                                      Alors qui ?                                                                                                                              C’est diffus et confus,                                                                                                          Ca vous échappe                                                                                                         Vous perdez le contrôle                                                                                                 Maître de rien                                                                                                                     Et peut-être de tout                                                                                                           On vous a raconté ce moment,                                                                                      Une fois, mille fois dans les livres,                                                                                Les films.                                                                                                                                    Il vous semble l’avoir déjà vécu.                                                                               Bientôt va défiler l’histoire de votre vie                                                                 Mais vous n’êtes pas au cinéma.                                                                                  Vous avez toujours trouvé                                                                                              Cette image ridicule                                                                                                             De la lumière au bout du tunnel                                                                         Pourtant c’est ce qui vous arrive                                                                           Les choses de la vie                                                                                                              Qui finit                                                                                                                             Vous êtes en train de vivre votre mort                                                                   Et déjà plus là pour la raconter.

 Laurence Vivares

 

Yves Simon : Le film de ma vie

Derrière le comptoir, il y avait Angèle. Vous n’osez même pas vous tourner vers la caisse. Et si elle était là, avec ses yeux à la noisette, ses cheveux en torsade le long de son épaule, tressés avec ses foulards de couleur. Un pour chaque jour de la semaine, assorti à son tablier. Votre cœur s’affole. Le temps n’y peut rien, aux amours véritables. Alors votre main tremble, celle qui, tant de fois, a voulu se poser sur la sienne. Lui dire, Angèle, je voudrais t’emmener, viens, et si on partait visiter le monde ? Filons loin d’ici, loin de Lucien et de ce bar qui t’enferme, loin de ce village qui nous enterrera vivants. Vous n’avez jamais pu. Puis il y a eu la guerre, le monde est devenu fou. Vous voilà parti, le Front, Paris, d’autres femmes, d’autres rêves. Mais les racines n’ont jamais lâché vos chevilles, et vous revoilà ici, jeune homme de 18 ans dans ce corps de vieillard. Et si tout pouvait recommencer…

Marie Mairie

 

« Si on n’a pas de rêves, on n’avance pas » Katherine Pancol

L’homme à capuche avait prononcé ces mots en regardant l’enfant, droit dans les yeux de cet enfant mutique coupé du monde depuis des semaines pour ne plus souffrir. C’était un jeune garçon aux yeux sombres, il devait avoir sept ou huit ans et dans son regard on notait surtout une absence.

Il y manquait l’étincelle et la curiosité propres à l’enfance. Il en avait trop vu, plus ce que n’importe quel enfant au monde devrait avoir jamais vu.  La douceur s’était dissoute dans le velours de ses iris, sans doute à jamais. Difficile d’effacer les images des mémoires. Les cerveaux ne sont pas exactement des disques durs d’ordinateurs. Le logiciel rêves avait disparu… ou n’avait jamais été installé.

Yolan, c’était son prénom, et tout ce qui lui restait, leva la tête vers l’homme à capuche. Pour la première fois, l’enfant semblait être intéressé.

Il est vrai que l’homme à capuches savait apprivoiser ce type d’enfants, ils étaient rares à avoir ce savoir-faire, ou ce don et c’est la raison pour laquelle on l’avait appelé à la rescousse

« Et  les rêves ça se trouve où ? »

Yolan demanda à l’homme.

Laurence Vivares

 

« Si on n’a pas de rêves, on n’avance pas » Katherine Pancol

C’est la vie en routine monochrome. Plus de pompier, plus de fée, de danseuse étoile ou d’astronaute. On enfile les jours, on les laisse s’égrener jusqu’à la mort lente. En tuant le si, on reste à quai, les deux pieds fraichement pris dans le bac de ciment. On s’oblige à l’immobilisme, au statique. On en envierait même le hamster qui fait des tours de roue, qui crée le mouvement, qui respire. Chaque jour on doit se réinventer, penser que tout est possible. Que rien ne s’interdit. Alors peut-être que sur l’immensité de la montagne de nos envies, il existera au somment l’ombre d’une réalisation. On se sentira pleinement exister. Quand le rêve s’exauce, c’est une onde de choc, un effet papillon qui va chatouiller jusqu’à la plus éloignée de nos cellules. Avec des si on mettrait Paris en bouteille, et pourquoi pas ? On l’imagine très bien l’île St Louis sous son dôme de verre. On peut rêver les yeux ouverts parce qu’on est en phase avec la lune, on peut rêver à poings fermés et c’est l’inconscient qui devient conteur. Sans rêves, on ne fait que survivre. On reste à la surface sans que jamais rien ne se passe.

Philippe Monaco

 

C’est même chose que d’aimer ou d’écrire. Christian Bobin.

C’est aujourd’hui la raison pour laquelle tu me lis. Parce que tu me manques, parce que tu es loin. En couchant simplement ces mots, j’ai l’impression de t’entendre respirer. A mes côtés. Déjà six mois que nous vivons chacun à des pôles séparés. J’ai rêvé un instant pouvoir effacer quelques fuseaux horaires, juste par la pensée. Je n’ai pas le don d’ubiquité. Mais un peu d’encre et de papier redonne de la consistance à la chair. Je peux te voir, te sentir, t’espérer. Je t’aime à n’en plus finir d’écrire. Ces quelques feuillets sont peut-être fiévreux, parfois emportés, mais ils ne traduiront jamais à quel point tu es en moi. De manière absolue. Il faudra encore attendre une saison avant que tes mains découvrent cette missive. Entre temps, je t’imaginerais me déchiffrer. Nous ferons alors corps et la distance s’amenuisera comme la lueur de cette chandelle qui m’accompagne. Mon amour, n’arrête pas de m’écrire. C’est ainsi que je me sens exister.

Philippe Monaco

 

C’est même chose que d’aimer ou d’écrire. Christian Bobin.

Entre moi et le monde, une vitre. Ecrire est une façon de la traverser sans la briser. Se connecter aux bourrasques qui ont fait trembler nos paysages d’enfance. Apprivoiser les bouffées de souvenirs qui submergent, quand le ciel se noie derrière la ligne d’horizon. Sans l’écriture, la solitude. La parole empêchée, l’esprit figé par le quotidien qui empile les heures les unes sur les autres. Les paroles prononcées sans y penser, les mains serrées, le regard déjà ailleurs. Les gens croisés, abordés, quittés, sans conscience ni remord. Alors l’écriture, la remontée rendue possible au-dessus de la ligne de flottaison. Le grand bal des mots, ceux qui dansent pour exprimer joie et légèreté. Ceux qui saignent aussi, pour se rappeler que certaines plaies ne se referment jamais. Les histoires se racontent d’elles-mêmes, tourbillons de pensées et de personnages issues de nos heures oniriques. Ici, pas de maîtrise. Les corps naissent, les prénoms émergent. Et ces vies inconnues qui se déroulent avec tant de naturel, viennent nous chercher jusque dans nos eaux troubles. Et la joie parfois. La joie pure, l’amour clair, fort, qui s’impose en balayant tout. La folie qui embarque, les corps qui dansent dans une liberté retrouvée. Craquer les coutures c’est cela, laisser émerger ce qui, jusque-là, ne s’autorisait pas. L’écriture, la meilleure arme pour lutter contre le temps qui passe et engloutit, jour après jour, nos rêves disparus. Et leur permettre ainsi de remonter à la surface.

Marie Monaco

 

A LA RAYMOND QUENEAU

Je me suis réveillé, j’étais grave. Inquiet, j’entendais à nouveau ces trompettes dans ma tête. Une douleur aiguë à me rendre fou. Peut-être simplement que j’ignorais où je me trouvais. Tout autour de moi, c’était le profond silence. Aussi calme qu’un lac. A la recherche d’un signe, je tâtais les murs. Je n’attendais qu’une petite musique pour me mettre sur la voie. J’avais été enfermé, dans une pièce capitonnée, insonorisée. Alors qu’hier encore, j’étais le maestro qui dirigeait. Il y avait méprise sur ma personne. Puis peu à peu, les souvenirs me sont revenus comme diésés par un éclair de mémoire. Je m’étais écroulé avant la fin de l’ultime mouvement. J’avais massacré Beethoven. J’avais abîmé des oreilles. Ma baguette s’était brisée en deux, sous le poids de la frustration. J’étais devenu sourd en pleine exécution. Malgré mes excuses publiques, ma responsabilité ne souffrait d’aucun bémol. Alors ils m’ont interné pour s’assurer que jamais plus j’aurais à mutiler une mélodie. Même le plus léger des arias ne pourraient désormais passer entre mes mains. J’avais les bras empêchés, alors il ne me restait que les coups de têtes pour créer enfin de la percussion. Je remettais du rythme dans ma captivité. Si je devenais obéissant, ils accepteraient peut-être de me délier et j’aurais alors pour compagnon de cellule une vulgaire flûte à bec. Seul instrument qu’un assassin de la partition avait le droit de jouer. Je me fichais de leur morceau de bois, je voulais le grand orchestre. Les envolées de cordes et sentir en solo mon cœur se mettre à vibrer. J’étais considéré comme un pervers symphonique. Une sonnette stridente a sonné l’heure du repas. Celui qui laisse un sale goût de cuivre dans la bouche. Quelques fleurs de Bach dans un tube à essai, histoire de calmer mes petits arrangements avec le réel. Je vis désormais dans le Mahler et non pas avec le grand Gustav mais dans cette pénombre infernale où il n’y a plus ni blanches ni noire, qu’un mur infini de gris. J’attends juste mon dernier souffle.

Philippe Monaco

 

 

 

Atelier d’Ecriture en partenariat avec « Jeter l’Encre »

A PARTIR DU SAMEDI 10 JUIN 2017,

venez « JETER L’ENCRE  » avec

« LES RENCONTRES LITTÉRAIRES FABIAN BOISSON »                       de 14h00  A 19H00   à « LA MAISON DES ASSOCIATIONS »,                            Promenade Honoré II, MC 98000 MONACO.

Avec l’atelier d’écriture «  Jeter l’encre , oubliez pendant quelques heures précieuses les contraintes de la vie quotidienne, pour, ensemble,

libérer votre imaginaire sur la page ou le clavier selon vos préférences,

structurer un texte, un récit, une nouvelle ou un chapitre de roman,

préparer éventuellement divers concours d’écriture et retrouver vos écrits, une fois revus et corrigés sur :  http://WWW:jeterlencre.fr

Venez faire un essai par curiosité, envie, nécessité, passion.

Quelle que soit votre motivation, lancez- vous et OSEZ.

NycoleRoux-Pouchoulin : nycolepouchoulin@hotmail.com

 

Les photos du Salon du Livre de Monaco 2017

Ci-dessous toutes les photos du Salon du Livre de Monaco 2017           auquel vous avez participé.

En cliquant sur chaque photo vous pouvez les agrandir.

Si certaines photos vous intéressent, n’hésitez-pas à ne nous le faire savoir, nous pourrons vous les envoyer.

 

« 1 de 2 »

 

Monaco Matin : La 6e page du Salon du livre s’ouvre ce week-end

Ils ont dû refuser des auteurs. L’association « Les Rencontres littéraires Fabian Boisson », qui organise le Salon du livre de Monaco, va accueillir 85 écrivains, demain au Méridien Beach Plaza
Monte-Carlo. Pour la sixième fois, rencontres et dédicaces littéraires vont s’enchaîner. Après la conférence de Jean-Louis

Jean Louis debré
Jean Louis debré

Debré, ancien ministre de l’Intérieur, ancien président de l’Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel, ce soir sur le thème de la République en France. Claude Cellario, le vice président de l’association « Les Rencontres littéraires Fabian Boisson », insiste sur le sens de l’humour, les talents d’orateur et le parcours de Jean- Louis Debré, qui est aussi l’invité d’honneur du salon, avec Gonzague Saint Bris et Andréa Ferreol. Et parmi les 85 écrivains attendus, il y aura notamment des auteurs locaux. Tous doivent avoir publié un livre récemment.
Trente auteurs au départ du salon.
En six éditions, le salon a parcouru beaucoup de chemin. Au départ, il y avait « trente auteurs », explique Yvette Gazza-Cellario, la présidente de l’association « Les Rencontres littéraires Fabian Boisson».  Dans notre esprit, sans aucune prétention, on voulait
présenter ici, à Monaco, des auteurs qui permettent de montrer toute la panoplie de ce qu’il existe dans le monde de l’écriture », poursuit- elle.
Et demain matin à 11 heures, lors de l’inauguration du salon, le palmarès du concours Inter-lycéens sera dévoilé. Une trentaine
d’élèves de seconde des lycées Albert-Ier et FANB ont pris la plume.
Il y aura aussi des nouveautés. Comic  Strips Café, une librairie d’Antibes spécialisée dans la bande dessinée, sera là, pour les amateurs du neuvième art. Et le Salon du livre de Monaco a désormais un site internet (1). Une autre manière de mettre en avant les auteurs et la littérature.
N.H.-F.
1. salondulivredemonaco.com

Savoir +
Entrée libre et gratuite pour le Salon du livre, de 10 h 30 à 18 h 30, demain. Pour la conférence de Jean-Louis Debré, ce soir à 18 h 30, il est conseillé de réserver sur place ou auprès des points de vente habituels ou à la  FNAC. Tarif : 12 euros.

Quotidien en ligne de la Province d’ Impéria

Sabato 25 e domenica 26 marzo si alza il sipario sulla sesta edizione del « Salon du livre de Monaco » – Quotidiano online della provincia di Imperia

Voluta fortemente dalla Associazione « Les Rencontres Littéraires Fabian Boisson », la fiera del Libro di Monaco continua a radicarsi più ogni anno nel panorama culturale locale.

Sabato 25 e domenica 26 marzo si alza il sipario sulla sesta edizione del « Salon du livre de Monaco » presso il Le Meridien Beach Plaza – 22 avenue Princesse Grace 98000.

Voluta fortemente dalla Associazione « Les Rencontres Littéraires Fabian Boisson », la fiera del Libro di Monaco continua a radicarsi più ogni anno nel panorama culturale locale. L’ospite d’onore è l’ex presidente del Consiglio costituzionale, Jean-Louis Debre. La manifestazione consta di ben 80 autori a disposizione del pubblico amante della letteratura.

Saranno presenti ben quattro autori italiani locali affettivamente legati alla provincia di Imperia: l’imperiese Danilo Balestra con il libro, Giovanni Nikiforos (accompagnato e presentato dall’attrice Francesca Brusa Pasque’ nonché regista del film prodotto sulla traccia del libro in uscita al festival di Locarno e da Antonella Mennuni Swiss Art Movie Music Productor), l’imperiese Paolo Veziano nato a Isolabona e Giorgio Cesati Cisson, nato a Milano ma sanremese di adozione, oltre a diversi autori tra i quali Gonzaga Saint Bris, attrice Andrea Ferreol, Patrick Moya, o dietista Jean-Michel Cohen.

L’ospite d’onore Jean-Louis Debré terrà una conferenza il 25 marzo a proposito Repubblica francese e diverse tavole rotonde saranno organizzate nel corso della giornata del 26 marzo. L’ingresso sarà libero: è consigliata la prenotazione per la conferenza proposta da Jean-Louis Debre.

Les participants au 6ème Salon du Livre de Monaco

Roger AIM Eliana MACHADO
Martine ARRIGO-SCHWARTZ Jean MALTESE
Jacques ATLAN Matthieu MARCEL
Frédéric ALTMANN Christian MARIA
Jean-Claude ANTAKLI Nathalie MATHEUDI
Gérard AUBERT Corinne MARTINI
Danilo BALESTRA Antoinette MAUX ROBERT
Jean-Jacques BELTRAMO Luciano MELIS
Daniel BOERI André MONRAY
Liliane CESARI Jacques MOSCATO
Giorgio CESATI CASSIN Morgane NANNINI
Gilles CHARPENTIER Lucien NASARRE
Cyrielle COHEN Giovanni NIKIFOROS
Brice COSSU Nicolas PAGNOL
Alain D’AGOSTIN Alain PASTOR
Catherine de MONTFORT Sabine PEGLION
Florence de VAL Marie-Christine PAUL
Jean-Louis DEBRE Maxime PEREGRINI
Laurence DIONIGI Martine PEYRON
Véronique FALLOUR Solange PODELL
Andréa FERREOL Malou RAVELLA
Gisèle FRANCO PY. REICHENECKER/P .DEVOLUY
Gérard GAZZO Caterina REVIGLIO SONNINO
Raphaël GERARD Joëlle RICHARD-GALLINELLI
Nicole GIBELIN Brigitte RICO
Ghislaine GILETTA Philippe RIVOIRA
Monique GIMELLO Gonzague SAINT BRIS
Jean-Yves GIRAUDON Mireille SANCHEZ
Henry GRANGER Serge SCOTTO
Jacques GROS Jean-Claude SEITE
Aurélie GUARINO Daniel SIBONY
Colette GUEDJ Eric STOFFEL
Félicitas GUILLOT Jérémy TABURCHI
Alain JASPARD Michel TOURSCHER
Thierry JOUAN Herbert TRAUBE
Gérard KURKDJIAN Lou VERNET
Françoise LAURENT Paolo VEZIANO
Patrick LECOINTE Jean-Claude VOLPI
Eric LIORCA Marie-Noëlle WENTZO
Charlotte LONGEPE Raymond XHROUET
Patricia LOUGHANI Patrice ZEHR
Gabriel MACCHIAVELLI Denis ZOTT

Royal Monaco mars 2017

Le Vendredi 17  Février 2017 à la Galerie d Art  » L`Entrepôt », Les Rencontres Littéraires Fabien Boisson ont organisé leur Conférence de Presse annuelle. A cette occasion, l`association, informe les médias des manifestations imminentes, celles prévues pour les mois à venir avec une brève rétrospective des deux années précédentes.

De nouvelles structurations, des innovations, des améliorations pour séduire le public toujours plus nombreux.. Notamment, après la
Conférence grandiose du champion du monde en apnée, M. Pierre FROLLA dans le cadre idyllique du Musée Océanographique de Monaco en la Présence de SAS le Prince Albert II et près de 400 spectateurs en octobre 2016, l`Association culturelle organise :

– Le mercredi 1er mars 2017 de 14 h 30 (inauguration) à 17 h,             la  » Séance de dédicaces des Jeunes Lycéens ». Près de 30 candidats
pré sélectionnés ont participé au Concours Littéraire Inter Lycéens
Fabian Boisson concernant les classes de seconde du Lycée Albert 1er et et du Lycée FANB. ;

– Le dimanche 26 mars au Salon Atlantique de l`hôtel Méridien  Beach Plaza de Monte Carlo, déjà le  » 6ème Salon du Livre de Monaco » avec de très nombreux auteurs monégasques, de la région, français et italiens. Avec en préambule, lors de l inauguration officielle prévue à 11 h, le Palmarès des Jeunes Lycéens pour
le  » moment émotion » toujours très attendu …

– En ouverture du Salon, le samedi 25 Mars à 18 h 30, dans le même cadre, M. Jean Louis Debré, ancien Président du conseil constitutionnel, ancien Président de l`AssembléeNationale, ancien Ministre de l’ Intérieur et grand écrivain, donnera une conférence  sur le thème  » La République en France« .

Créative, cette Association a déjà prévu d’autres événements littéraires et culturels. Notamment, des conférences « en jeu de
miroir » musicales ou photographiques ainsi qu une foire aux livres anciens.
Des surprises, toujours des surprises… pour les visiteurs, pour les lecteurs

Bref pour tous les jeunes de 10 à 110 ans..
Yvette Gazza Cellario
© L.Mattera-RM

Le mot de la Présidente

« Le Salon du Livre de Monaco, déjà la 6ème édition, regroupera cette année plus de 70 auteurs. Il est né de la volonté de développer la littérature et les échanges culturels de tous styles.
Sur le plan humain et artistique, il est enrichissant de réunir des écrivains d’une grande diversité, des auteurs férus d’écriture, pétris d’imagination, de sensibilité et de talent, célèbres, connus ou méconnus qui échangeront avec les visiteurs et les lecteurs dans un moment privilégié.

Créé en 2012 par la Librairie Numérique de Monaco, cet évènement littéraire s’est étoffé du Concours Inter-Lycéens, trente participants chaque année, en partenariat avec la Direction de l’Education Nationale.

Avec la naissance de l’Association « Les Rencontres Littéraires Fabian Boisson » organisateurs depuis quatre années du Salon du Livre de Monaco, nous avons voulu faire rayonner la littérature sous toutes ses facettes, notamment dans l’organisation de conférences qui ont remporté un franc succès en Principauté de Monaco. Rendez-vous le 26 mars 2017 à Monaco, Méridien Beach Plaza, afin que le plaisir de lire et d’écrire perdure dans le temps… »

La Présidente

La Présidente Yvette Gazza-Cellario et S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco
La Présidente Yvette Gazza-Cellario et S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco